English  ✓

Français

Español

Poverty and fertility in Ivory Coast: why is the Malthusianism of poverty not verified?

Edouard Talnan, Ecole Nationale Supérieure de Statistique et d'Economie Appliquée (ENSEA)
Raïmi Fassassi, Ecole Nationale Supérieure de Statistique et d'Economie Appliquée (ENSEA)
Patrice Vimard, Institut de Recherche pour le Développement (IRD)

La théorie de la transition démographique, dans sa formulation initiale, liait la baisse de la fécondité au progrès économique et social. Mais cette conception de la transition démographique a été remise en question par des travaux sur l’Amérique Latine et l’Asie. Ainsi, depuis le milieu des années 1980, une autre explication de la baisse de la fécondité, fondée sur la crise économique, met davantage l’accent sur la pauvreté et les contraintes sociales et économiques qui lui sont associées. La révision du comportement procréateur apparaît comme une stratégie utilisée par les couples pour réduire les risques d’appauvrissement ou de paupérisation. En utilisant les données des enquêtes démographiques et de santé et celles du recensement général de la population et de l’habitat de 1998, cette communication analyse la baisse de la fécondité en Côte d’Ivoire, en Afrique de l’Ouest, en vue de discuter l’hypothèse d’un « malthusianisme de pauvreté » dans cette partie du monde en développement.

  See paper

Presented in Session 67: The demography of Africa