English  ✓

Français

Español

Female genital mutilation and sexual behaviour of adolescents in Burkina Faso

Banza Baya, Université de Ouagadougou
Idrissa Ouili, Unité d' Enseignement et de Recherche en Démographie (UERD)

Au Burkina Faso, environ trois femmes sur cinq en âge de procréer ont subi une mutilation génitale. Au nombre des raisons avancées pour justifier cette pratique, figure le reproche fait aux femmes non excisées d’être frivoles. A partir de données de l’Enquête Démographique et de Santé du Burkina Faso de 2003, nous explorons la question du lien entre statut d’excision et comportement sexuel. Existe-t-il une différence de comportement sexuel selon le statut d’excision des femmes ? Les femmes excisées auraient-elles un goût plus prononcé pour les relations sexuelles ? A la suite d’une analyse bi-variée où chacune des variables du comportement sexuel est croisée avec le statut d’excision, nous considérons, dans un modèle de régression logistique, le « nombre de partenaires sexuels des 12 derniers mois» comme variable dépendante, susceptible d’être influencée par un certain nombre de variables socio-démographiques, culturelles et notre principale variable d’intérêt qui est le statut d’excision.

  See extended abstract

Presented in Poster Session 1: Poster Session 1